portfolio site templates

POSTÉ LE 10/06/2020

Police : et Belfort dans tout ça ?

 Messieurs,

L’actualité internationale comme nationale révèle l’augmentation de dérapages policiers tant physiques que verbaux. En France, le défenseur des droits dénonce une discrimination systémique pratiquée par la police. Cette situation inquiétante s’accompagne d’une pression sur les journalistes aux fins de connaître leurs sources.

Il n’est pas question pour nous, par cette lettre, de remettre en cause le bien fondé d’une politique de protection des populations ni d’incriminer des agents dont la grande majorité est assurément exempte de reproches. Nous vous interpellons sur vos propos et sur vos intentions politiques relatives à la question policière.

Le 6 mai dernier, Monsieur Meslot, l’Est Républicain a rendu compte que vous jugiez « disproportionnée », la mise en garde à vue de deux policiers municipaux suspectés d’avoir, sciemment ou non, menti dans leurs compte-rendu d’une arrestation survenue le 17 avril dernier. L’interpellé, un jeune homme à scooter, a nié l’accusation de refus d’obtempérer et de tentative de fuite. Le procureur de Belfort, dans la foulée, a chargé la police nationale de mener l’enquête. Vous vous êtes alors permis, Monsieur le Maire, d’estimer « que ces gardes à vues ne se justifiaient pas », comme si votre fonction de maire vous permettait de juger par vous-même en lieu et place de la justice de ce pays. En fait, le Procureur de Belfort, indépendant en sa fonction de magistrat de justice, a estimé « qu’il y avait une discordance flagrante dans les faits relatés par les policiers et le déroulement enregistré par les caméras de vidéo surveillance ». La justice suit son cours contre votre propre avis ce qui vous a amené à rompre les actions de coopération opérationnelles entre les polices nationales et municipales !

VOUS AVEZ DÉCIDÉ LE DÉVELOPPEMENT EXPONENTIEL DES EFFECTIFS ET DES MOYENS DE LA POLICE MUNICIPALE A BELFORT, SANS GRANDS RÉSULTATS. M. MESLOT, ALLEZ-VOUS MAINTENANT COUVRIR INCONDITIONNELLEMENT SES DÉRAPAGES ÉVENTUELS ET LA TRANSFORMER EN MILICE INFÉODÉE A VOTRE SEULE VOLONTÉ ?

Parallèlement à ça, Monsieur Boucard, alors que vous êtes en correctionnelle en qualité de prévenu pour répondre de « manœuvres frauduleuses » – membre du parti Les Républicains comme M. Meslot – vous venez d’apposer votre signature à une proposition de loi du député Les Républicains Eric Ciotti. Cette loi viserait à « rendre non identifiable les forces de l’ordre dans l’exercice de leur fonction par la diffusion d’images dans l’espace médiatique ». Tout contrevenant sera sanctionné d’une amende de 15.000 euros et d’un an de prison.

Si elle est votée, elle va gravement priver nombre d’enquêtes des témoignages le plus souvent indispensables dans les cas de bavures qui nous préoccupent. De plus, cette proposition conduirait à amender la loi de 1881 relative à la liberté de la presse chère à la IIIème République. Si cela devait être le cas, on ne voit plus très bien en quoi le nom de votre parti, les Républicains, aurait une quelconque cohérence au regard de votre action. Partout, vous, Les Républicains, soutenez le développement des dispositifs de vidéosurveillance du peuple mais refusez que les dérapages de personnes dépositaires de l’autorité publique soient également rendus publics.

Mr BOUCARD, POURQUOI SOUTENEZ-VOUS UNE PROPOSITION DE LOI QUI VISE A EMPÊCHER L’ÉMERGENCE DE LA VÉRITÉ DANS LES DÉRIVES VIOLENTES DES POLICIERS A L’ENCONTRE DE LA POPULATION ? Vous prétextez la nécessaire protection des policiers pour justifier cette loi. Mais des lois existent déjà et il n’y a qu’à les faire appliquer. Inutile d’en créer de nouvelles, liberticides de surcroît.

Le collectif citoyen 2020 en commun pour Belfort

© 2020 en Commun pour Belfort - Site réalisé par HABRUJE